Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

21 mai 2011 6 21 /05 /mai /2011 01:22

Je rappelle bien sûr que l'affaire n'est pas encore jugée, ni conclue et qu'il s'agit d'être prudent. Je voudrais néanmoins poposer quelques pistes de réflexion.

Arrestation : ce n'est pas choquant. Cela me rappelle un ami qui avait l'habitude de se promener seul dans une station balnéaire du sud de la France (lieu de sa résidence). Soudain un véhicule de police s'arrête près de lui. Les agents l'arrêtent et lui passent les menottes. Il est conduit devant une personne qui déclare ne pas le reconnaître. Cette employée d'une agence immobilière venait d'être menacée par un homme armé et il avait tenté de la violer. Mon ami correspondait au signalement. Nous pouvons tous être arrêté un jour ou l'autre soit parce que nous avons commis un délit, où par erreur.

C'est le statut de DSK qui a conduit à la médiatisation de cette affaire. C'est un risque que courrent les hommes politiques. Certains en ont fait les frais comme Dominique Baudis par exemple. Je ne vois malheureusement pas comment dans le monde actuel empêcher ce type de médiatisation. A moins  de concevoir des peines extrêmement lourdes pour les personnes qui font de fausses déclarations (ainsi que leurs commanditaires) de nature à détruire la réputation ou la carrière d'une personnalité en vue.

Les faits. Nous ne les connaissons pas, nous n'y étions pas. Nous pouvons cependant nous demander pourquoi les autorités américaines auraient prises le risque d'un scandale politique, si les présomptions de culpabilité n'avaient été fortes.

Quant à plaider pour un rapport consenti cela me semble incohérent. J'imagine mal comment un homme puisse convaincre aussi rapidement une femme d'avoir des relations sexuelles avec lui. La plupart des femmes ont besoin de se sentir en confiance avec l'homme à qui elles s'offrent et cela passe par l'échange, la parole et ne se fait pas en cinq minutes. J'imagine mal une relation consentie dans ce cadre et en si peu de temps, d'autant que la victime ne connaissait pas la personne et ne pouvait pas être séduite par l'aura du pouvoir.


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents