Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

2 octobre 2005 7 02 /10 /octobre /2005 00:00

Je reprends le commentaire d'un internaute qui affirme que :  « le communisme de l'Union Soviétique n'est qu'une déformation et une mauvaise interprétation de l'idéologie marxiste »

J'aimerai que quelqu'un me cite un seul pays ou le communisme n'a pas échoué. Les faits prouvent que tous les pays communistes ont été totalitaires et criminels.

1.     Un bilan chiffré approximatif des crimes :

- URSS 20 millions de morts, - Chine 65 millions, - Vietnam 1 million, - Corée du Nord 2 millions, - Cambodge 2 millions, - Europe de l'Est 1 million, - Amérique latine 150 00, - Afrique 1,7 million, - Afghanistan 1,5 million, - mouvement communiste international et partis communistes nonau pouvoir, une dizaine de milliers de morts. Le total approche la barre des 100 millions. (S. Courtois, Le livre noir du communisme,Robert Laffont, p.12-14) Tous ces pays auraient donc mal interprété l'idéologie marxiste ? Cela fait beaucoup.

2.     Karl Marx a composé un drame peu connu intitulé Oulanem, pendant ses années d'études dont voici un extrait :

 « S'il y a quelque chose capable de détruire, Je m'y jetterai à corps perdu, quitte à mener le monde à la ruine.Oui, ce monde qui fait écran entre moi et l'abîme, Je le fracasserai en mille morceaux  A force de malédictions ; J'étreindrai dans mes bras sa réalité brutale, Dans mes embrassements il mourra sans un mot, Et s'effondrera dans un néant total, Liquidé, sans existence, Oui, la vie, ce sera vraiment cela ! » (citation extraite de, Robert Payne, The Unknown Karl Marx,(Karl Marx inconnu) New York University Press, 1971).

Lorsque Marx a écrit cela il n'avait pas 20 ans. Déjà il veut mener le monde à sa perte. Georges Jung, ami de Marx, écrit en 1841 :« Marx va sûrement chasser Dieu de son ciel et il fera lui-mêmeson procès. Il prétend que la religion chrétienne est l'une des plus immorales » (Conversations avec Marx et Engels. Insel éditeur,Allemagne, 1973).

On sait aujourd'hui que les chrétiens ont été systématiquement torturés dans les pays communistes. Ils n'ont fait qu'appliquer les pensées et idéaux de Marx. Les soviets qui prirent comme slogan « Chassons les capitalistes de la terre et Dieu du ciel » étaient fidèles à l'héritage de Karl Marx.

3.     Bakounine s'est rallié en 1867 à la Première Internationale que Karl Marx avait lancé en 1864. Bakounine déclarait : « Dans cette révolution, il faudra réveiller le diable chez le peuple et exciter en lui les passions les plus viles »(Cité dans Dzerjinski par R. Gul, « Most » Pub. House, New york).

Mazzini qui  connaissait bien Karl Marx déclarait à son sujet : « Il a l'esprit destructeur et son cœur déborde plus de haine que d'amour pour les hommes ». (Karl marx, par Fritz Raddatz, édité par Hoffmann et Campe, Allemagne, 1975).

On voit bien que « Marx homme plein d'amour pour l'humanité », n'est qu'un mythe forgé après sa mort.

 

4.     Citations :

En novembre 1913 Lénine écrit à Maxime Gorki (extrait) : « Des millions de péchés, de méfaits, d'oppressions et d'épidémies sont...moins dangereux que la plus vague idée, la notion la plus ténue d'un quelconque dieu, fût-elle déguisée sous l'apparence du plus bel idéal » (Œuvres complètes de Lénine). Sans commentaires.

Moses Hess, qui a converti Marx et Engels à l'idée socialiste, écrit à Lassalle : « Je passerai au fil de l'épée tous les citoyens qui opposeront résistance aux efforts du prolétariat » (Lettre à Lassale, Correspondance de Moses Hess, éd. Gravenhage, 1959). Marx nous dit la même chose en d'autres termes : « La violence est la sage-femme qui aide la nouvelle société à naître des entrailles de l'ancienne » (Le Capital). Les pays communistes ont appliqué ces idées à la lettre.

Marx était un grand admirateur de Babeuf, révolutionnaire français. Ce dernier déclarait : « L'amour de la révolution a réussi à tuer en moi tout autre amour et m'a rendu aussi cruel que le diable ».

 

Conclusion :

On voit bien que le but de Marx n'était pas comme on continue de le prétendre, la distribution équitable des biens ou de meilleures institutions sociales.

On peut lire dans les œuvres choisies de Marx (Selected Works, vol 2, p.248) : « Dans les signes qui égarent les classes moyennes, l'aristocratie et les prophètes de la régression, nous reconnaissons évidemment notre brave ami Robin Goodfellow, la vieille taupe, le valeureux pionnier dont les menées souterraines peuvent si rapidement semer la révolution. »

Qui est ce Robin Goodfellow, brave ami de Karl Marx ? Dans le dictionnaire Oxford Companion to English Literature, Robin Goodfellow est défini comme « esprit méchant ou malicieux » (evil or malicious spirit). Autrement dit un démon. Shakespeare dans un Songe d'une Nuit d'Eté l'appelle « the knavish spirit «  (l'esprit fourbe).

Ainsi, selon Marx lui-même, considéré comme le père du communisme, un démon est son ami personnel et l'auteur de la révolution communiste.

Partager cet article

Repost 0
Published by Kueny - dans Communisme
commenter cet article

commentaires

Articles Récents