Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

17 avril 2006 1 17 /04 /avril /2006 18:26

Marcello Pera, président du Sénat, non-croyant est un intellectuel reconnu en Italie. Je  trouve ses  réflexions intéressantes  au moment où  de nombreux hommes politiques  refusent de reconnaître l'identité de l'Europe. (Extraits d'un interview paru dans le Point du 06/04/06 - N°1751 - Page 91)

".....Pourquoi notre identité est-elle forcément judéo-chrétienne ?
Nous descendons de trois collines, le Sinaï, le Golgotha et l'Acropole, et nous avons habité trois capitales, Jérusalem, Athènes et Rome. Dans ces lieux se sont formées notre tradition et celles de nos institutions publiques d'où proviennent nos régimes libéraux et démocratiques....

....Cette identité judéo-chrétienne a développé une série de valeurs fondamentales : dignité de la personne, égalité de tous les citoyens, égalité homme-femme, tolérance, respect. Nous professons ces principes mais nous oublions la lymphe qui les a alimentés, la tradition judéo-chrétienne....

...En Italie, le Conseil d'Etat a jugé qu'il était licite de placer un crucifix dans une école publique ou dans une salle de tribunal, car, lorsqu'il n'est pas dans une église, le crucifix cesse d'être un symbole religieux. Cette conception de la laïcité est difficilement compréhensible pour un public français. Pouvez-vous nous l'expliquer ?
Le Conseil d'Etat a dit que, même pour les non-croyants, le crucifix est un signe culturel d'identité, il ne peut offenser personne et il peut rester dans les lieux publics. Au mur de mon bureau, j'ai un tableau, une scène de Nativité avec une Madone et un Enfant Jésus. A un non-croyant comme moi des symboles comme ceux-là servent à rappeler d'où viennent nos principes laïques et nos droits. C'est ça, la signification culturelle. C'est un peu comme un drapeau, un symbole d'identité....

...Quelle est votre opinion sur la laïcité comme on l'entend en France, c'est-à-dire en cantonnant la religion à la sphère privée de l'individu ?

Très sévère, car c'est une laïcité imposée par la loi. Ce n'est pas une vraie laïcité, mais une autre forme de religion. Une religion positive, illuministe, rationaliste mais imposée à tous les citoyens qui doivent renoncer à leur propre identité. L'affaire du voile est typique. Reléguer le voile à la sphère privée revient à ce que Benoît XVI appelle créer « le ghetto de la subjectivité ». Cela signifie nier aux sentiments religieux un quelconque rôle dans la sphère publique. C'est une erreur parce que c'est impossible. Mes convictions religieuses, les vôtres, celles qui sont diffuses dans la société civile entrent forcément dans la politique d'un pays....

....Y a-t-il vraiment une tendance à renier ce que nous sommes ?
A la suite de l'affaire des caricatures, dans le monde islamique on est arrivé à tuer un prêtre, à brûler des églises, à assassiner des chrétiens. Quelle a été la réponse de l'Europe ? Très faible. Parfois on a été à la limite de présenter des excuses. L'Europe n'a pas cru devoir défendre son identité. Aucun ambassadeur occidental n'a été rappelé, aucune réunion du Conseil européen convoquée, la Commission européenne n'a pris aucune position ; quant au Parlement européen, qui pourtant discute de tout et n'importe quoi, il ne s'est pas exprimé sur l'affaire....


 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents