Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rechercher

22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 22:22

 

Licia Ronzulli, député européenne, participant le 22 septembre 2010, à la séance pleinière du parlement européen avec son bébé d'un mois. C'est une image touchante. La femme a bien une touche spécifique a offrir dans le domaine politique.

Source photo:

http://www.lefigaro.fr/photos/2010/09/20/01013-20100920DIMWWW00590-24-heures-photo.php

20100920PHOWWW00465

Repost 0
18 septembre 2010 6 18 /09 /septembre /2010 07:11

thumbnail-copie-3

Il fait installer cinq statues de bronzes, dont celles de Lénine. Celles de Staline et Mao Tse Dong seraient prévues à l'horizon 2011. Elles représenteraient parmi Jaurès, de Gaulle, Roosevelt et Churchill les grandes figures du XXème siècle. Pourquoi a-t-il oublié Hitler?

 

Je trouve intolérable que cela soit possible. Lénine, Staline et Mao Tse Dong sont responsables de la souffrance et de la mort de millions de personnes. C'est une véritable insulte

lénine

à leur souffrances.

Il aurait également fait commander par la commune d'agglomération de Montpellier mille polos à l'effigie de Lénine.

Le Président de la Région Languedoc Roussillon outrepasse ses droits et fait une utilisation scandaleuse et révoltante de l'argent des contibuables.

Repost 0
2 mai 2010 7 02 /05 /mai /2010 21:34

Parlant de son émission "Répliques" diffusée sur France Culture Alain Finkielkraut déclare :

"...Et puis, j’ai mes hantises : l’école, par exemple, ou, plus exactement, son effondrement, constaté par les professeurs et nié par ces « amis du désastre » que sont aujourd’hui les chercheurs en sciences sociales..."

et concernant le rire :

"...Ce qui aggrave encore les choses, c’est le déferlement de la dérision sur toute forme d’autorité ou d’éminence. Les hommes politiques en font les frais. Mais aussi, dans leurs classes, les pauvres professeurs. Le rire contemporain ne relève plus de l’humour. Il est, entre l’injure et le crachat, une forme d’incivilité..."*

Nos élites son aveuglées ou ne veulent pas voir, ni entendre. Nicolas Sarkozy paie lui aussi sa surdité et son manque de cohérence entre ses délarations, souvent justes, et les faits. Sur l'école, il déclarait en 2007 :

" Si je souhaite réformer le collège unique, c'est pour que chacun puisse y trouver sa place, pour que les différences de rythmes, de sensibilités, de caractères, de formes d'intelligence soient mieux prises en compte de façon à donner à chacun une plus grande chance de réussir. " et

" Nul ne doit entrer en sixième s’il n’a pas fait la preuve qu’il était capable de suivre l’enseignement du collège. Nul ne doit entrer en seconde s’il n’a pas fait la preuve qu’il était capable de suivre l’enseignement du lycée ."

Les français attendent toujours que ses déclarations deviennent réelles!

* Le Figaro 24 avril 2010

Repost 0
6 février 2010 6 06 /02 /février /2010 19:22
Les vents étant assez modérés dans la nuit de mercredi à jeudi, les conséquences du cyclone n'ont heureusement pas été catastrophiques. Ce sont ceux, et souvent les plus pauvres, qui possédaient des habitations précaires, au bord de l'océan, du lagon ou des rivières qui ont le plus souffert. De nombreuses habitations de l'île ne peuvent pas résister à un cyclone. Certaines sont très rudimentaires et anciennes (tôles pour le toit, cloisons légères etc...).
Marie - Luce Penchard en visite en Polynésie a déclaré : " ce qui fait défaut en Polynésie, c'est le logement, l'habitat est très dégradé, précaire" et qu' "il ne faut pas avoir peur de le dire, il y a de la misère en Polynésie".
Peut-être faut-il remercier Oli (hasard du calendrier) d'avoir permis cette prise de conscience. C'est vrai qu'il y a beaucoup de misère en Polynésie, matérielle et morale( l'alcool et le cannabis font des ravages), atténuée par le climat, la douceur de vivre et la gentillesse et l'entraide des polynésiens.

Les îles australes ont souffert beaucoup plus du cyclone. A l'heure où j'écris le bilan n'est pas encore définitif. De nombreuses maisons sont détruites sur Tubuai.
Les hommes politiques n'hésitent pas à remercier le ciel et Dieu (de manière directe où à peine voilée) de les avoir protégé, car il n'y aurait qu'un mort et un blessé grave.

Repost 0
30 janvier 2010 6 30 /01 /janvier /2010 00:11
Une intéressante interview de Paul Jorion dans Libération tend à montrer que c'est loin d'être fini: Extrait
"...La bombe à retardement de 2012, c’est l’immobilier commercial : les centres commerciaux, les stations touristiques, les bureaux, un peu partout dans le monde. Leur situation est financièrement dramatique. Tous ces actifs immobiliers ont été achetés à crédit et leur niveau actuel de recettes ne suffit pas à couvrir les échéances de crédits. Aux Etats-Unis, les actifs immobiliers commerciaux et industriels se sont déjà dépréciés de 30%. Leur financement, c’est du crédit revolving, qui vient à échéance en 2011 ou 2012. Qui acceptera de leur prêter des sommes supérieures à la valeur marchande de ces immeubles aujourd’hui ? Personne bien entendu ! Le pire est devant nous. Les deux prochaines années seront des années redoutables..."
Source :http://www.liberation.fr/economie/0101614289-la-bombe-a-retardement-c-est-l-immobilier
Repost 0
28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 07:40

Monsieur le président,

Vous désirez ardemment faire bouger la France et les français.  Vous avez la trempe d’un général qui veut conduire ses troupes vers la victoire. VOUS AVEZ CONSCIENCE que cela ne se fera qu’en donnant à chaque français une formation humaine et intellectuelle de qualité. Le système scolaire est en faillite. Le succès des cours particuliers, des officines spécialisées en cours de soutien, la création d’écoles privées hors contrat l’attestent. De nombreux professeurs de l’enseignement public ou privé donnent des cours particuliers. Pour réussir la première année de médecine, suivre les cours d’une institution privée devient incontournable. Bref, pour réussir aujourd’hui il faut de l’argent, ou pour la plupart des familles  consentir de gros sacrifices financiers, sacrifices, qui restent hors de portée des familles défavorisées.

Les enfants de milieux défavorisés qui en ont les capacités ont peu de chance d’intégrer nos grandes écoles ou de réussir leurs études supérieures. Je suis persuadé que vous êtes prêt à relever ce défi. Vous y parviendrez, si vous décidiez de décréter, l’instruction  comme grande cause nationale, et vous resteriez dans l’histoire comme celui qui a redressé le système scolaire français, redonnant aux français une vitalité bénéfique.

Les causes de l’échec de notre système sont connues,  dénoncées par de nombreux acteurs depuis de nombreuses années. Je ne mentionnerai que ce qui me paraît essentiel.

Le peu de temps consacré aux apprentissages, concurrencé par les visites, interventions et amusements de toutes sortes. L’abandon des méthodes alphabétiques de lecture, seules adaptées au fonctionnement du cerveau humain. La disparition de l’analyse de texte. Le collège unique qui donne le même enseignement à des élèves aux goûts et aux aptitudes différentes. Les classes hétérogènes qui pénalisent tous les élèves. Le mythe de la pédagogie différenciée, inapplicable dans des classes hétérogènes. L’abandon de la culture classique qui a traversé les siècles. Le renoncement à la transmission des connaissances au profit de l’animation. Le culte du « plaisir » comme moteur de l’apprentissage, le refus de l’émulation, le refus de la sélection, le renoncement à l’exercice de la mémoire par l’apprentissage « par cœur », le refus d’apprendre en allant du plus simple au plus complexe, l’innovation à tout prix…. La perte de l’autorité des professeurs, l’exacerbation des droits des élèves, la peur de l’effort, la remise en cause de la sanction…

Les solutions existent. Elles ne seront pas mises en œuvre par les idéologues ou les pédagogues modernes, ni par tous ceux qui appliquent ou font appliquer leurs idées au sein de l’éducation nationale. Il faut libérer les initiatives, et je sais que vous n’êtes pas insensibles à cette manière d’aborder les choses. Le seul moyen de changer rapidement la situation, consiste à permettre la création d’établissements scolaires par l’initiative privée en donnant aux parents la liberté de choisir l’établissement scolaire de leur choix. Seule l’institution d’un principe comme le « chèque scolaire » peut permettre ce changement. L’Etat serait chargé d’évaluer le coût d’un élève (à tous les niveaux scolaires) et de verser directement cette somme à l’établissement choisi par les parents. De cette façon, après une transition qui permettrait aux établissements actuels de s’adapter, nous verrions prospérer les établissements scolaires sérieux et disparaître ceux qui seraient incapables de remplir correctement leur mission. Il est rare qu’une boulangerie qui fabrique du mauvais pain ne fasse pas faillite.  

Refonder l’école et redonner aux maîtres la mission de transmettre des connaissances redonnerait aux maîtres et aux élèves une vitalité nouvelle salutaire pour la France.

                                                    Grégoire Kueny            Professeur agrégé

Repost 0
7 janvier 2010 4 07 /01 /janvier /2010 21:24
Il semblerait que devant la faillite de l'école les parents soient de plus en plus nombreux à choisir les cours ou les stages de soutien. C'est un scandale. L'école, financée par l'impôt des français, ne remplit plus son rôle. C'est devenu une garderie pour de nombreux élèves.
Un exemple : Une école de soutien scolaire de Lyon, "Les précepteurs", donne des cours de soutien et encadre des stages de remise à niveau... Et devinez qui se charge des cours? Des professeurs de collèges et lycées privés ou publics! Les tarifs sont en moyenne de 30 euros par heure. Réussite pratiquement garantie, puisque cet organisme met en avant le fait que tous leurs professeurs sont également examinateurs, correcteurs voire proposent les sujets des examens.
Comment se fait-il qu'ils réussissent hors de leur établissements? Les élèves sont  à deux ou trois par cours, ce qui crée une "émulation" au sein des cours.
Ce n'est qu'un exemple parmi d'autres. Cette situation scandaleuse, d'une école publique, qui ne remplit plus son rôle me conduit aux réflexions suivantes.
Pourquoi ces enseignants n'organisent-ils pas ces activités au sein de leur établissement? N'ont-ils pas les moyens de le faire?
Ce ne sont donc que les familles aisées qui peuvent donner à leurs enfants toutes les chances de réussite.
Le collège unique conduit en partie à cette injustice. Il n'est pas possible de faire progresser les élèves au sein de classes hétérogènes, sachant que se retrouvent dans les mêmes classes des élèves aux aptitudes, aux goûts, aux niveaux et aux motivations très différentes. Les bons élèves, les élèves moyens et les élèves en difficulté pâtissent tous de la classe hétérogène ou la pédagogie différenciée est inapplicable.
L'école primaire, qui n'apprend plus à lire, à analyser un texte, et j'en passe... laisse passer au collège des élèves qui n'ont pas les bases nécessaires pour réussir au collège.
Ceux qui suivent ma réflexion savent que ce ne sont pas les maîtres qui sont les fautifs, mais bien les réformateurs qui ont institué " l'amusement scolaire".
Comment se fait-il que nos hommes politique ne déclarent pas l'instruction grande cause nationale et ne prennent pas les moyens pour changer les choses, devant ce scandale intolérable qui empêche les élèves de milieux défavorisés, peu argentés ou peu instruits, de réussir!
Cette situation est intolérable et inadmissible! Réagissons!
Repost 0
7 janvier 2010 4 07 /01 /janvier /2010 02:25
"..En même temps que le maître transmet un savoir, il exprime une relation personnelle avec le savoir : c'est ce qu'on appelle la culture.."
Guy Coq philosophe
Repost 0
6 janvier 2010 3 06 /01 /janvier /2010 19:04
Cela fait longtemps que je pense que la société de consommation va disparaître. Elle a permis l'émergence d'un type d'hommes qui cherchent à faire de l'argent à n'importe quel prix. Le but c'est de trouver le service, l'objet qui leur permettra de s'enrichir. Peu importe son utilité ou sa contribution au bonheur de l'humanité. Vendre pour faire du fric, voila le credo de la société de consommation. Cette mentalité engendre de nombreux abus et escroqueries. Tout est permis, pourvu que ses promoteurs s'enrichissent.
Ils ont réussi à nous faire croire que nous avons besoin des services et des objets qu'ils nous proposent et qu'ils sont essentiels à notre bonheur. Ils ont concentré les décisions et la production dans les mains d'une minorité.Ils ont instauré l'uniformisation et la standardisation mondiale.Ils ont exacerbé l'envie et le désir de possession. Ils nous font croire qu'on ne peut plus changer de société. La seule solution étant la croissance.
Je plaide pour l'émergence d'une société qui mette en avant l'être plutôt que l'avoir et comme le suggère GK Chesterton*, la suppression des monopoles, des trusts, la concentration de la propriété dans les mains de quelques-uns.
Le bonheur de l'homme ne se trouve pas dans une fuite en avant consumériste, mais dans les relations qu'il tisse avec les êtres.
Nous construirons donc une société, qui verra naître  le développement de l'artisanat, du petit commerce, l'émergence d'une multitude d'entreprises à taille humaine. Nous favoriserons la propriété modeste pour chacun et les relations de proximité. Nous favoriserons l'originalité, les caractéristique et la spécificité de chacun, l'originalité plutôt que l'uniformité, la diversité plutôt que le monopole, la petite structure à taille humaine plutôt que les grosses structures, l'être plutôt que l'avoir, la consommation raisonnée plutôt que la consommation à tout prix, la satisfaction des biens essentiels plutôt que l'exacerbation de l'envie et du désir du toujours plus et nouveau.
Un monde où les relations humaines de proximité seront la base du bonheur de l'humanité. A nous de promouvoir ce monde profondément humain qui constitue une alternative sérieuse et crédible à la société déshumanisante actuelle qui s'incline devant l'argent et l'accumulation de biens.

* In "The outline of sanity" 1926 in G.K. Chesterton collected works, Ignatius Press, San Francisco 1987 ; ISBN : 978-0-89870-171-5 (HB)
Repost 0
13 novembre 2009 5 13 /11 /novembre /2009 20:52

La Chine communiste méprise toujours autant l'homme!

" (New York, le 12 novembre 2009) - Depuis 2003, de nombreux citoyens chinois ont été secrètement incarcérés par des agents de l'État pendant des jours ou des mois sans contact avec l'extérieur dans des centres de détention illégale surnommés « prisons noires », a déclaré Human Rights Watch dans un nouveau rapport publié aujourd'hui. Les droits des détenus y sont violés en toute impunité.

Le rapport de 53 pages, intitulé « An Alleyway in Hell » (« Le chemin de l'enfer ») décrit comment les autorités gouvernementales, les forces de sécurité et leurs agents enlèvent régulièrement des personnes dans les rues de Pékin ainsi que d'autres villes chinoises, et les dépouillent de leurs biens avant de les incarcérer dans des « prisons noires ». Celles-ci sont dans de nombreux cas situées dans des hôtels, des maisons de repos et des hôpitaux psychiatriques appartenant à l'État."

Un témoignage parmi tant d'autres qui en dit long sur le mépris de la diginté humaine. Cela me rappelle la célèbre maxime de Staline : "La mort résout tous les problèmes. Pas d'hommes, pas de problème"!!!

« Il n'y avait pas de traitement médical [dans la prison noire]. Ma santé qui n'était pas très bonne ainsi que les conditions épouvantables à l'intérieur [du centre] faisaient que je tombais malade tous les jours, mais ils ne me fournissaient ni traitement médical ni me laissaient aller consulter un médecin ». [Un gardien] m'a dit :Tu n'as pas intérêt à mourir ici parce que ta vie ne vaut pas un sou [pour nous]. [Si] je veux que tu meures [ici], c'est aussi facile que tuer une fourmi.' »
- Un ancien détenu d'une prison noire interrogé par Human Rights Watch

Pour en savoir plus :

Source :http://www.hrw.org/fr/news/2009/11/11/chine-un-r-seau-secret-de-prisons-noires-abrite-de-graves-violations-de-droits-humai

Human Rights Watch : http://www.hrw.org/en/node/86423

Repost 0

Articles Récents