Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rechercher

1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 19:10

Luc Ferry a déclaré lors du grand journal de Canal Plus (selon le Figaro) : «Vous avez un épisode qui est raconté d'un ancien ministre qui s'est fait poisser à Marrakech dans une partouze avec des petits garçons. Probablement ici, nous savons tous de qui il s'agit», a-t-il indiqué. Le journal l'express fait état d'une " rumeur" qui concernerait Jack Lang.

Répétons ici que la rumeur peut être destructrice. Il est hors de question et inadmissible de donner du crédit à de fausses accusations qui pourraient détruire l'honneur d'une personne.

Il n'en reste pas moins que le réveil du peuple qui semble ne plus tolérer certains comportements de la part d'hommes politiques me semble salutaire et bienvenu.

Concernant Jack Lang il avait signé, avec d'autres, un communiqué pour défendre trois personnes qui comparaissaient en cour d'assise pour attentat à la pudeur sans violence sur des mineurs de quinze ans. Entre autres signataires le docteur Bernard Kouchner , André Glucksmann, JP Sartre, Simone de Beauvoir...*.

Le communiqué  paru dans le Monde du 26 janvier 1977 :

" A propos d'un procès.

Nous avons reçu le communiqué suivant : Les 27, 28 et 29 janvier, devant la cour d'assises des Yvelines, vont comparaître pour attentat à la pudeur sans violence sur des mineurs de 15 ans, Bernard Dejager, Jean-Claude Gallien et Jean Burckardt, qui, arrêtés à l'automne 1973, sont déjà restés plus de trois ans en détention provisoire. Seul Bernard Dejager a récemment bénéficié du principe de la liberté des inculpés.

Une si longue détention provisoire pour instruire une simple affaire de moeurs, où les enfants n'ont pas été victimes de la moindre violence, mais, au contraire, ont précisé aux juges d'instruction qu'ils étaient consentants (quoique la justice leur dénie actuellement tout droit au consentement), une si longue détention préventive nous paraît déjà scandaleuse.

Aujourd'hui, ils risquent d'être condamnés à une grave peine de réclusion criminelle soit pour avoir eu des relations sexuelles avec des mineurs, garçons et filles, soit pour avoir favorisé leurs jeux sexuels.

Nous considérons qu'il y a une disproportion manifeste d'une part, entre la qualification de crime qui justifie une telle sévérité et le nature des faits reprochés; d'autre part, entre le caractère désuet de la loi et la réalité quotidienne d'une société qui tend à reconnaître chez les enfants et les adolescents l'existence d'une vie sexuelle (si une fille de 13 ans a droit à la pilule, c'est pour quoi faire?).

La loi française se contredit lorsqu'elle reconnaît une capacité de discernement à un mineur de 13 ou 14 ans qu'elle peut juger et condamner, alors qu'elle lui refuse cette capacité quand il s'agit de sa vie affective et sexuelle.

Trois ans de prison pour des caresses et des baisers, cela suffit. Nous ne comprendrions pas que le 29 janvier D, G et B ne retrouvent pas la liberté" *

Aujourd'hui de tels propos choqueraient et ne seraient plus acceptés, comme ont choqué les propos de Jack Lang concernant l'affaire DSK : "Il n'y a pas mort d'homme".

Jack Lang ne semble pas avoir changé d'avis sur ce genre de question comme le confirmeraient des déclarations ultérieures. S'il ne veut pas donner de crédit à la rumeur il serait opportun qu'il adopte une position claire et sans ambiguïté et qu'il s'explique sur ses prises de position antérieures.



 

* Cité dans mon livre "La famille est l'avenir de l'école" Editions FX de Guibert p. 255 et 256 paru en 2000.

Repost 0
21 mai 2011 6 21 /05 /mai /2011 01:22

Je rappelle bien sûr que l'affaire n'est pas encore jugée, ni conclue et qu'il s'agit d'être prudent. Je voudrais néanmoins poposer quelques pistes de réflexion.

Arrestation : ce n'est pas choquant. Cela me rappelle un ami qui avait l'habitude de se promener seul dans une station balnéaire du sud de la France (lieu de sa résidence). Soudain un véhicule de police s'arrête près de lui. Les agents l'arrêtent et lui passent les menottes. Il est conduit devant une personne qui déclare ne pas le reconnaître. Cette employée d'une agence immobilière venait d'être menacée par un homme armé et il avait tenté de la violer. Mon ami correspondait au signalement. Nous pouvons tous être arrêté un jour ou l'autre soit parce que nous avons commis un délit, où par erreur.

C'est le statut de DSK qui a conduit à la médiatisation de cette affaire. C'est un risque que courrent les hommes politiques. Certains en ont fait les frais comme Dominique Baudis par exemple. Je ne vois malheureusement pas comment dans le monde actuel empêcher ce type de médiatisation. A moins  de concevoir des peines extrêmement lourdes pour les personnes qui font de fausses déclarations (ainsi que leurs commanditaires) de nature à détruire la réputation ou la carrière d'une personnalité en vue.

Les faits. Nous ne les connaissons pas, nous n'y étions pas. Nous pouvons cependant nous demander pourquoi les autorités américaines auraient prises le risque d'un scandale politique, si les présomptions de culpabilité n'avaient été fortes.

Quant à plaider pour un rapport consenti cela me semble incohérent. J'imagine mal comment un homme puisse convaincre aussi rapidement une femme d'avoir des relations sexuelles avec lui. La plupart des femmes ont besoin de se sentir en confiance avec l'homme à qui elles s'offrent et cela passe par l'échange, la parole et ne se fait pas en cinq minutes. J'imagine mal une relation consentie dans ce cadre et en si peu de temps, d'autant que la victime ne connaissait pas la personne et ne pouvait pas être séduite par l'aura du pouvoir.


Repost 0
19 mai 2011 4 19 /05 /mai /2011 20:01

Je ne peux qu'être d'accord avec Lionel Jospin lorsqu'il déclare vouloir attendre "la vérité qui sortira de la procédure qui commence" et lorsqu'il affirme qu'il est " dans l'attente de la vérité qui sortira de la procédure qui commence". Une déclaration équilibrée qui contraste avec celle d'autres leaders de gauche.

Source : Le Figaro 19 mai 2011

Repost 0
19 mai 2011 4 19 /05 /mai /2011 19:51

Je suis étonné par le soutien apporté à DSK, surtout que cela ne semble pas être électoralement payant et heurte une grande partie de l'opinion. C'est à croire , ce qui semble invraisemblable, que c'est un coup monté par DSK lui-même ou les socialistes, qui DSK une fois blanchi en retireraient tous les bénéfices. Vous voyez bien que nous avions raison, ce n'était que de la calomnie! Je crois que ce que je dis n'est pas très sérieux.

Plus vraisemblablement, en état de choc, et ayant peur pour eux-mêmes, certains leaders de gauche se révèlent tels qu'ils sont. Le monde change. Le peuple veut désormais des responsables exemplaires, qu'ils peuvent admirer et suivre. La gauche libertaire ne le comprend pas et ne voit rien. Il est vrai que l'herbe du renouveau pousse sans bruit. Les signes du renouveau feront l'objet d'un autre article.

Repost 0
19 mai 2011 4 19 /05 /mai /2011 19:38

Nous aurions mal compris les propos de Jack Lang. Il n'avait pas l'intention de banaliser les actes de viol, en affirmant "qu'il n'y a pas mort d'homme". Soit, il est difficile de communiquer et la compréhension n'est pas chose aisée. Il subsiste cependant des doutes.

Cet homme sait communiquer. Il est rompu à l'art de la communication avec les médias. J'aurais tout simplement tendance à penser que l'air du temps à changer. Autant il pouvait s'indigner face à la condamnation de deux pédophiles en signant une pétition en 1977, qui affirmait que deux ans c'est bien trop pour quelques caresses et baisers, autant de tels propos seraient irrecevables aujourd'hui. Lorsque l'on s'exprime il arrive que ce que l'on pense réellement nous échappe.

Le monde change et Jack Lang n'est et ne sera plus dans l'air du temps. Le peuple veut désormais que nos élites donnent l'exemple. Car ce qui est fait par les puissants est considéré comme bien ou comme faisable par les gens du peuple. Qu'ils le veuillent ou non les hommes politiques devront désormais donner l'exemple.

 

Repost 0
18 mai 2011 3 18 /05 /mai /2011 07:40

Je suis choqué par les déclarations de plusieurs dirigeants socialistes, notamment Jack Lang. Il s'agit bien sûr d'être prudent et de ne pas juger DSK. Mais enfin si les faits son avérés c'est très grave et la principale victime est cette femme. Nul n'est irremplaçable.

Quelle honte pour certains responsables politiques de gauche de ne pas avoir de compassion pour cette femme noire. Comment peuvent-ils soutenir la toute puissance, l'argent alors qu'ils devraient défendre la veuve et l'orphelin? Si les faits sont avérés j'espère que les français ouvriront les yeux sur une certaine élite de gauche qui méprise le peuple et la dignité de la femme.

Repost 0
17 mai 2011 2 17 /05 /mai /2011 08:40

Nous n'avons pas à juger Dominique Strauss Kahn. Laissons à la justice américaine le soin de découvrir la vérité. Néanmoins si le témoignage de la victime s'avère vrai, il s'agit alors de faits graves.

J'écoutais l'interview de Jack Lang par David Pujadas (journal du lundi 16 mai au soir sur France 2).

Jack Lang a osé dire concernant la décision de détention concernant DSK,  qu'après tout "il n'y avait pas mort d'homme"!!!

Cette réflexion est scandaleuse pour la victime quand on sait les blessures intérieures que peuvent causer les agressions sexuelles. Les atteintes à la dignité de la femme sont des faits graves.

Le même Jack Lang avait d'ailleurs signé une pétition (en 1977) réclamant la clémence pour deux hommes accusés d'attouchements sexuels sur des  garçons.*

Je pense pour ma part qu'il n'est pas possible de laisser dire de telles choses sans réagir. Surtout lorsque ce sont des personnalités politiques.

La véritable victime, celle qui mérite tous nos égards et toute notre compassion, si les faits sont avérés bien évidemment, c'est cette femme de chambre.

 

Pétition (et liste d'une partie des signataires) citée dans mon  ouvrage "La famille est l'avenir de l'école" Editions FX de Guibert 2000.

 

Lien sur les déclarations scandaleuses :http://www.rue89.com/2011/05/19/kahn-lang-bhl-sabban-les-pires-avocats-de-strauss-kahn-204535

Repost 0
7 mai 2011 6 07 /05 /mai /2011 23:51

Des consommateurs agacés ont forcé le détaillant "General Pants"  à mettre fin à une campagne de publicité provoquante pour des jeans du créateur Ksubi basé à Sydney. Les employés arboraient des badges "J'aime le sexe" , et l'on pouvait voir des mannequins ne portant que des jeans et des posters de femmes aux seins nus, un poster d'un homme dégraffant son pantalon ainsi que des vidéos érotiques. La plupart des employés n'était pas favorables à ce type de publicité provoquante.

Les plaintes, la plupart provenant de parents choqués, ont été efficaces.


Source :

http://www.dailytelegraph.com.au/news/youth-retailer-general-pants-in-strife-over-i-love-sex-badges-naked-mannequins/story-e6freuy9-1226051766278

 

Repost 0
7 mai 2011 6 07 /05 /mai /2011 23:28

Des criminologues et des chercheurs en psychologie cognitive affirment qu'il existe un lien de cause à effet entre la hausse des images pornographiques disponibles en ligne et l'augmentation des comportements extrèmes illégaux dans la vie réelle. En clair ils admettent que la pornographie peut conduire des personnes à commettre des agressions sexuelles! Il en aura fallu du temps pour que ce qui semblait évident soit confirmé par des experts.

Cette conclusion s'appuie sur des recherches effectuées par Tim Jones(Worcester University) et entre autre le criminologue David Wilson (Birmingham City  University).

Le Docteur Jones confiait à un journaliste du Daily Telegraph qu' "internet montrait des fantasmes extrêmes qui pouvait être réalisés dans la vie réelle".

Source :

http://www.dailymail.co.uk/news/article-1384529/Psychologists-warn-casual-link-internet-porn-rise-sex-offences.html

Repost 0
7 mai 2011 6 07 /05 /mai /2011 22:22

Un ami me disait récemment qu'il était dégoûté par son entreprise (location de fenwick), dans laquelle la course à l'argent était devenue le seul but.

Aujourd'hui le but de l'entreprise est de gagner de l'argent pour les actionnaires . Auparavant l'entreprise était au service de ses clients.

Cette dérive, que l'on peut résumer dans la soif de gain, s'est faite au détriment des personnes. Celles qui travaillent au sein de l'entreprise et qui subissent l'objectif poursuivi de maximisation du profit, et les clients qui sont soumis à la dictature de l'offre. Il ne s'agit plus de satisfaire les besoins légitimes des clients mais bien de créer toutes sortes de besoins (même néfastes pour le client) afin de gagner le maximum d'argent.

Cette logique conduit à des fusions-acquisitions qui peuvent s'avérer désastreuses et à un mauvais management. On assiste également à une course vers la grande entreprise qui serait nécessaire à l'innovation et au progrès. Alors que ce sont les PME qui innovent et qui concourent au développement économique.

Quant aux marchés financiers, seules quelques grandes entreprises y ont accès. Ils permettent un accès à un nombre important d'investisseurs, et la satisfaction de demande de capitaux (émission d'actions) ou de dettes (émissions d'obligations). Ce n'est pas sans risque puisque l'entrerprise ne choisit ni ses actionnaires, ni ses créanciers.

Les autre entreprises, pour assurer leur financement, s'appuient sur leurs actionnaires (réinvestissement), la banques et les fonds d'investissement.

La défaillance actuelle des marchés financiers est leur incapacité à financer les projets à long terme car leur rentabilité est jugée aléatoire. Les banques quant à elles se lancent dans une course effrénée à la rentabilité, privilégiant les activités spéculatives.

C'est donc bien la soif de l'argent à court terme qui est condamnable aujourd'hui et qui nous entraîne dans la crise actuelle.

Il est donc urgent de redonner à l'entrreprise la vocation de servir le client. Pour cela il faut privilégier les PME, entreprises à taille humaine, gage de qualité et de diversité.

Les banques doivent retourner à leur mission d'origine qui est de collecter l'épargne des ménages pour la prêter aux entreprises (et non se conduire en opérateurs sur les marchés financiers).

Une initiative intéressante, pour renverser la tendance actuelle, se vit dans l'expérience de l'économie de communion développée par les Focolari. Ce sont actuellement plus de 750 entreprises dans 30 pays qui vont dans ce sens. Pour plus d'information sur cette formidable expérience voir : www.focolari.fr

Repost 0

Articles Récents