Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rechercher

15 octobre 2005 6 15 /10 /octobre /2005 00:00

Les enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla sont prises d'assauts par des personnes prêtes à tout pour venir en Europe et y bénéficier de lois protectrices et généreuses. Je pense que ce n'est qu'un début. Pour que cette vague d'immigration prenne fin, il faudrait que leur pays d'origine les retienne en leur donnant du travail et des perspectives d'avenir. Les sommes versées à l'Afrique (dons, remises de dettes...)  n'ont pas amélioré la situation. Depuis trente ans le revenu par tête d'habitant n' a pas augmenté. L'idée émise par la France de taxer les billets d'avions pour en verser le produit à l'Afrique n'améliorera pas la situation, si l'utilisation des fonds n'est pas vérifiée. L'Afrique est minée par la corruption, la misère et les maladies....

En savoir plus "L'ensauvagement. Le retour de la barbarie au XXIème siècle" de Thérèse Delpech chez Grasset. (19 euros)

Repost 0
12 octobre 2005 3 12 /10 /octobre /2005 00:00

Christophe Caresche, député PS de Paris, donne son avis sur la délinquance (Figaro 12/10/05). Je le rejoins lorsqu'il affirme "...que les individus ont leur responsabilité propre : il est trop facile de considérer le délinquant - et même quand il est jeune - comme une victime de la société. Beaucoup de délinquants le sont par choix (acceptant le risque de l'illégalité) : ne trouvons pas de fausses excuses socialisantes au violeur ou au dealer...."

Je ne suis pas d'accord avec lui lorsqu'il affirme que "...La société a d'abord le devoir d'éduquer...". Je pense que les parents sont les premiers éducateurs de leurs enfants. La société a le devoir de respecter l'éducation donnée par les parents et de les soutenir dans leur mission éducative. Christophe Caresche me rejoint lorsqu'il dit :".. La responsabilité des individus doit aussi être posée. Celle des parents, d'abord : il faut aider les parents parfois dépassés par leurs enfants à faire face, en multipliant pour cela des lieux d'écoute et de soutien, et en renforçant les occasions de dialogue avec l'institution scolaire...".

Je ne partage pas l'idée que "... l'école est le lieu central d'apprentissage de la citoyenneté...". La citoyenneté c'est la qualité d'une personne disposant de l'ensemble des droits civils et politiques. Ce n'est pas le cas des élèves et ce n'est pas le rôle de l'école de les formater. L'école doit leur donner les outils nécessaires (lecture, analyse, compréhension, réflexxion, esprit critique,...) pour pouvoir à leur tour , à l'âge adulte, prendre leurs responsabilités dans la société.

Je l'approuve lorsqu'il propose comme a"lternative à la prison", " les Travaux d'intérêt général." Je pense d'ailleurs que nous devrions généraliser la sanction réparation au sein des établissements scolaires. L'élève qui commet une faute ou des dégradations doit réparer.

Repost 0
10 octobre 2005 1 10 /10 /octobre /2005 00:00
"Le bon sens est de savoir si la Turquie est, oui ou non, un pays d'Europe. L'histoire et la géographie répondent non." Valery Giscard d'Estaing. 2/10/2005
Repost 0
7 octobre 2005 5 07 /10 /octobre /2005 00:00

Depuis 1970, le nombre d'infractions commises par des mineurs a triplé, selon les statistiques du ministère de l'Intérieur. La violence des mineurs s’est également transformée. Les « délits d’appropriation » (vols, etc..) sont en baisse, alors qu’on constate une augmentation  de la délinquance contre les biens, les autorités et les institutions.

Les délinquants d’aujourd’hui cassent et agressent les personnes.

Ce type de violence doit nous inquiéter. Comment se fait-il que nous n’arrivons plus à transmettre les valeurs de respect des biens et surtout des personnes?

Je crois qu’il faut que nous examinions comment nous adultes nous respectons la vie humaine et comment nous transmettons à nos enfants le respect de toute vie humaine.

Que disons-nous à nos enfants sur le sens de leur vie ?

Sommes nous assez conscients de l’impact que peuvent avoir sur eux certains jeux vidéos ou films violents ?

Sommes-nous capables de mettre des limites aux désirs de nos enfants ? Les psychologues et psychiatres nous disent que la frustration est nécessaire et permet aux enfants de se construire.

Apprenons-nous à nos enfants à se maîtriser et à exprimer ce qu’ils ressentent avec des mots ?

L’éducation n’est pas une chose facile. Chaque enfant est différent et malgré notre bonne volonté et nos efforts, nous pouvons échouer. Je pense cependant, et mon expérience me le prouve, que de nombreux parents auraient besoin d’être aidés et secondés dans l’éducation de leurs enfants. Il ne s’agit pas de se substituer à eux pour les déresponsabiliser, mais leur permettre d’être de véritables adultes pour leurs enfants. La qualité essentielle dans l’éducation c’est l’amour. Aimer c’est comprendre, faire confiance, accepter l’autre tel qu’il est, mais aussi, poser des limites, interdire et sanctionner si nécessaire. La sanction doit permettre à l’enfant de réparer sa faute, pour pouvoir repartir.

 

Repost 0
4 octobre 2005 2 04 /10 /octobre /2005 00:00

Jean-Paul Sartre (1905-1980). A l’occasion du centenaire de sa naissance, de nombreuses revues françaises publient des numéros spéciaux ou des pages spéciales à la gloire de Sartre. Rares sont les articles qui mettent en évidence son attirance pour la violence ou l’extermination. Dans son raisonnement politique la fin justifie les moyens. Quelques extraits de ses déclarations ou écrits :

« Si quelqu’un essaie encore de me dire qu’en URSS la religion est persécutée ou interdite, je lui casse la gueule »

« Un régime révolutionnaire doit se débarrasser d’un certain nombre d’individus qui le menacent, et je ne vois pas là d’autre moyen que la mort. On peut toujours sortir d’une prison. Les révolutionnaires de 1793 n’ont probablement pas assez tué. »

« On peut très bien concevoir qu’à l’origine de l’édification du socialisme il y ait une terreur tournante et longue ».

« Mais la révolution implique la violence et l’existence d’un parti plus radical qui s’impose au détriment d’autres groupes plus conciliants » ( Extrait d’une interview à Actuel – journal branché – en 1973)

Il affirme en 1954 que la liberté d’opinion est totale en Union soviétique.

Edgar Morin dans une interview déclare à son sujet : « Nous avons suivi deux chemins historiques en sens contraires : lui de plus en plus pour justifier le communisme, le stalinisme dans les années cinquante, alors que moi je m’en éloignais de plus en plus.»

Il ne s’agit pas de juger, mais de reconnaître que Jean-Paul Sartre a apporté son soutien et sa caution a une idéologie qui a fait des millions de mort et brisé la vie de millions d’autres.

En savoir plus ? http://www.consciencepolitique.org/histoire_politique/kravchenko.htm.

Repost 0
3 octobre 2005 1 03 /10 /octobre /2005 00:00

Une grève est annoncée depuis de nombreux jours pour demain. Elle s'annonce suivie, alors que l'on n'en sait rien du tout. Personnellement je ne ferai pas grève. Je n'ai d'ailleurs jamais fait grève pour deux raisons essentielles. En tant que professeur de l'enseignement public, je suis rémunéré par l'impôt (fruit du travail des français) et cela me donne des devoirs. Je n'ai pas le droit de mettre les parents en difficulté ou de pénaliser les élèves. Il y a d'autres moyens pour faire avancer les négociations. Il serait judicieux de se poser la question de l'image que nous donnons à notre jeunesse : le rapport de force, la démonstration de la force, l'irrespect à travers certains slogans! Ne nous étonnons pas s'ils adoptent le même comportement envers nous.

Repost 0
2 octobre 2005 7 02 /10 /octobre /2005 00:00

Dans l'agir social on vise comme fin le respect et l'épanouissement de la dignité de toute personne humaine. Il s'agit de mettre en œuvre prudemment les moyens adéquats en vue de la fin poursuivie, en tenant compte du nécessaire et du possible.

L'homme doit être traité non comme objet, mais comme sujet de droit. L'organisation sociale comporte trois organisations fondamentales : la famille, la propriété privée et l'Etat. (Trop d'Etat abaisse la famille et décourage la propriété privée. Trop de grandes propriétés abaissent la famille et l'Etat. Trop de grandes familles puissantes abaissent l'Etat et absorbent la répartition équitable de la propriété privée.

L'organisation du travail et des relations de travail doit donc respecter la dignité de la personne et favoriser son expression profonde, et lui assurer familialement une aisance conforme aux temps, lieux et possibilités.

Les relations entre tous les partenaires, acteurs, concurrents doivent être harmonieuses.

La solidarité doit se réaliser à tous niveaux (quartier, entreprise, cité, région, professionnel...). Elle tiendra compte du principe de subsidiarité qui suppose de donner la plus grande initiative possible aux sociétés de base et à les mettre en état de se développer elles-mêmes plutôt que de substituer à elles des sociétés de rang supérieur.

En résumé il s'agit de préserver la dignité de la personne, d'assurer l'équilibre famille-propriété privée-Etat, d'adopter une conception personnaliste et communautaire du travail, de veiller à l'unité dans l'équité et dans l'amitié de tous les membres du corps social, d'appliquer le principe de subsidiarité à tous les échelons (personnels, politiques, internationaux...) de la solidarité humaine.

En clair ni socialisme, ni individualisme. Je repousse le primat du capital privé sur l'homme et le système socialiste du capitalisme d'Etat et  j'accepte une économie de marché mais régulée et le rôle du profit. J'ajoute que les hommes constituent le patrimoine le plus précieux de l'entreprise. Les propriétaires d'une société ne peuvent faire passer la loi du profit avant le bien commun. Le droit à la propriété privée comporte des devoirs. Les biens crées par les hommes sont destinés à tous les hommes. (Ni socialisme, ni individualisme).

La fin poursuivie par l'Etat doit être la gérance du bien commun, à travers la législation, le gouvernement exécutif, les autorités judiciaires.

Repost 0

Articles Récents