Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rechercher

1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 19:59

Dans l'émission  "C dans l'air"*** du 31 mai 2011 intitulée : Politique : le harcèlement à la française, les tabous sont levés.

Emission très intéressante qui  redit le lien qu'il peut y avoir entre consommation de la pornographie et viol, de même que l'influence néfaste de la pornographie sur la construction de la sexualité des jeunes et le comportement sexuel de certains de ces jeunes. Les participants ont montré que de jeunes violeurs s'inspiraient de scénarios pornographiques. Certains n'étaient même pas conscients qu'il faisaient le mal puisqu'ils l'avait vu.

Les deux participantes à l'émission savent de quoi elles parlent puisque toutes sont en contacts avec des agresseurs et des victimes.**

Marie Ange le bouler craint à juste titre que le nombre de violences sexuelles va augmenter compte tenu notamment de la profusion des sites pornographiques.

Nous vivons dans une société où dans l'ensemble nous considérons que les atteintes à la dignité de la personne en matière sexuelle sont des choses graves. De l'autre côté les lobbies du sexe font tout pour banaliser la pornographie et invoquent la liberté d'expression dès que l'on essaye d'en interdire l'accès aux mineurs.

La pornographie est dommageable pour les adultes et néfastes pour de nombreux couples comme le montrent de nombreux ouvrages publiés aux Etats-Unis.

Dans un beau livre de témoignage*, l'auteur, une ancienne star du show biz aux Etats-Unis, montre comment l'addiction à la pronographie a détruit son couple.  L'histoire se termine par une belle réconciliation.

 

*  I surrender all. Rebuilding a marriage broken by pornography de Clay et Renee Crosse with Mark Tabb NavPress 2005 (Etats-Unis)

**Marie Ange le Bouler. Présidente de l’Association nationale pour la reconnaissance des victimes, membre de la commission départementale d’actions contre les violences faites aux femmes de Paris et porte-parole de l’Association pour la protection contre les agressions et les crimes sexuels, elle est également formatrice auprès de la police judicaire et de la gendarmerie nationale, sur l’accueil et les auditions de victimes.

**Violaine-Patricia Galbert est assesseur auprès du tribunal pour enfants de Paris.

*** http://www.france5.fr/c-dans-l-air/index-fr.php?page=resume&id_rubrique=1723

En savoir plus :

- "Shattered Vows" de Debra Laaser  Zondervan.com

- "Hope after  Betrayal. Healing when sexual addiction invades your marriage"   de Meg Wilson  Kregel publications

Repost 0
4 mars 2010 4 04 /03 /mars /2010 06:23
Dans un récent sondage *on peut lire que seulement 27% des femmes entre 40 et 50 ans considèrent leur vie amoureuse comme une priorité. Pour les autres celle-ci est loin derrière le fait de s'occuper de ses enfants, de soi ou de sa carrière professionnelle...
*CSA / Madame Figaro
Repost 0
17 octobre 2009 6 17 /10 /octobre /2009 00:17
Elle a 20 ans et accorde beaucoup d'importance à la vie de famille. Dans une interview accordée au magazine Star Club elle confie sa crainte de voir son fiancé la quitter : " C'est quelque chose que je vis et qui me fait peur, comme à pas mal d'artistes. Nous sommes rarement à la maison, donc nous n'avons pas le temps de prendre soin de la relation et lorsque nous sommes là, nous sommes fatigués et nous avons plutôt besoin de repos."
Elle veut faire passer son fils avant sa carrière :"Si ça continue pour moi et que mon enfant en grandissant le vit mal, je quitterais mon métier sans réfléchir."
Ouahh! des déclarations qui font du bien!
Repost 0
21 février 2009 6 21 /02 /février /2009 22:45
La " American Academy of Matrimonial Lawyers" constante une diminution des cas de divorce aux Etats-Unis. Les couples n'auraient tout simplement plus les moyens de se séparer. Notamment parce qu'ils ne trouvent pas acheteur pour leur maison.
Le conseiller conjugal, Larry Curry, estime que la récession force les couples mariés à rester ensemble et à essayer de résoudre leurs problèmes.

Repost 0
21 février 2009 6 21 /02 /février /2009 22:12
Nous n'avons pour la plupart jamais appris à communiquer. Cela a des conséquences sur notre vie de couple.
Il y a deux préalables à une bonne communication :
- La volonté profonde d'accueillir l'autre.
- La maîtrise de ses sentiments et de ses peurs.
Il y a deux temps dans la communication :
- l'écoute puis la parole.
Ecouter : c'est entendre ce qui se cache derrière les paroles de l'autre. C'est entendre les sentiments (souffrance, joie...) qui se cachent derrière les mots. C'est entendre l'intensité de la souffrance, de la peur, de la joie...exprimée par l'autre.

Parler : consiste  à exprimer à l'autre ce que j'ai perçu des sentiments exprimés par l'autre.
Parler c'est aussi dire à l'autre son propre ressenti et cela lui permet de se situer.

Il est essentiel de retenir l'importance de profiter de toutes les occasions (anniversaire, soirées en couple, vacances, fêtes...) pour dire à l'autre son amour. Il est important de lui dire des paroles d'amour, des paroles positives, des paroles d'admiration.

Quelques exemples de situations quotidiennes.
L'un des deux rentre énervé et brise de la vaisselle ou abîme quelque chose. Qui ne réagit pas ou n'a pas envie de réagir, en disant à l'autre : tu es maladroit!, tu pourrais faire attention!Tu es un incapable! Toujours aussi maldroit!... alors qu'il faudrait lui dire : ne t'inquiètes pas c'est normal, tu es fatiguée (énervée, en colère..). Essaies de te détendre pour faire passer cet énervement, je vais ramasser les morceaux (avec le sourire!).

Essayons d'accueillir sans jugement, ni reproche les paroles, les attitudes, les actions de l'autre. Les paroles de jugement constituent un vrai poison dans la relation.
Les hommes ont généralement plus de difficultés que les femmes pour exprimer ce qu'ils ressentent. Ils disent ce qu'ils pensent et ce qu'ils font mais rarement ce qu'ils ressentent.
Les hommes sont généralement plus tendres que leurs femmes, qui attendent qu'ils leurs montrent leur sensibilité.

Sachons dire notre amour et notre ressenti à l'autre...Je t'aime comme tu es, ne change pas! Je suis fier de toi! J'aime être à tes côtés!J'aime ton doux regard...!
Et si nous disions à celui ou celle qui partage notre quotidien ce que spontanément nous dirions à cet étranger ou cette étrangère qui nous a furtivement tapé dans l'oeil?

Repost 0
2 octobre 2005 7 02 /10 /octobre /2005 00:00

C'est un défi, mais c'est possible. Et si le secret résidait dans la connaissance des langages de l'amour? C'est ce que nous apprend Gary Chapman dans "Les langages de l'amour" (Farel éditions, BP 20, 77421 Marne-la -Vallée Cedex 2, France).

La thèse de l'auteur est simple : elle consiste à apprendre à parler le langage d'amour familier de votre conjoint afin de remplir son réservoir émotionnel. il montre également combien aimer est un acte de volonté et de choix.

L'auteur propose de connaître d'abord son propre langage d'amour puis de déceler celui de son conjoint. Connaître son langage nous permet de dire à notre conjoint ce que nous avons besoin pour nous sentir aimé. Connaître le langage de son conjoint est nécessaire pour qu'il se sente aimé.

Il distingue cinq catégories de langage : les paroles valorisantes, les moments de qualité, les cadeaux, les services rendus et le toucher physique.

Si le langage de votre conjoint sont les moments de qualité, inutile de vous évertuer à lui rendre de nombreux services ou à lui faire des cadeaux. Seul des moments de qualité passés à ses côtés lui permettront de sentir que vous l'aimez et rechargeront son résevoir émotionnel. (Ce qui n'empêche pas de faire des cadeaux et rendre des servicces).

Il insiste également sur la qualité de communication en couple. (3/4 des couples divorcés attribueraient l'échec à une mauvaise communication). Il montre que tous les couples ont besoin d'un moment quotidien pour se regarder se parler et s'écouter. Ce temps est fondamental pour améliorer l'intimité du couple. Il est important en racontant des faits vécus de dire comment on les a vécus.

Extrait de l'ouvrage de Gary Chapman " Les langages de l'amour". (p.127)

"...La vie a un sens. Mon existence a une raison d'être. Je veux y croire, mais tant que personne ne m'exprime de l'amour, je ne peux pas mesurer réellement mon importance. Lorsque mon conjoint me consacre de son temps, de son énergie, de ses efforts, je ne doute plus de ma valeur. Sans amour, je risque de passer toute ma vie en quête de reconnaissance, d'estime de moi-même et de sécurité. A partir du moment où une personne m'aime, son amour a un impact positif sur mes autres besoins essentiels. Dégagé du souci de les satisfaire, je peux développer mon potentiel. Davantage assuré de ma propre valeur, je peux diriger mes efforts vers l'extérieur au lieu d'être obsédé par mes besoins. L'amour véritable libère...".

Repost 0
2 octobre 2005 7 02 /10 /octobre /2005 00:00

J'ai regardé en partie l'émission de J.L. Delarue "Ca se discute" sur  "Pourquoi la première fois est-elle si importante." On parle évidemment du premier rapport sexuel. En dehors d'une ambiance bien dans l'air du temps et orientée, un peu de bon sens et une ou l'autre perle. J'ai retenu le commentaire d'une adolescente sur les films pornos. Elle en a regardé un par curiosité.Elle déclare que "ça donne une sale image de la femme" et  que "ça se passera pas comme ça avec moi".

La perle. Claire et Pierre qui ont attendu d'être mariés pour "se donner l'un à l'autre" comme ils disent. Il sont parlé du "bonheur d'être ensemble", "de se donner totalment et sans réserves", " de la qualité du temps des fiançailles".Contrairement à l'air du temps qui veut qu'on essaye (la relation sexuelle) pour savoir si ça marche, ils ont affirmé que "si on aime, on sera forcément compatible". J.L. Delarue a noté la qualité de silence (et donc d'écoute) de la part des spectateurs lorsqu'ils donnaient leur témoignage. Ils ont insisté sur la beauté de l'amour et la nécessité de transmettre à nos enfants une vision positive de la sexualité.

Repost 0
2 octobre 2005 7 02 /10 /octobre /2005 00:00

Lu dans Paris-Match (15 au 21 septembre 2005), interview d'Alain Delon :

"...Quand je lis des articles sur les familles recomposées, j'ai envie de mordre. Avant, elles ont été décomposées et ça fait souffrir à en crever...".

"...On le sait j'ai très mal vécu ces trois dernières années...cette rupture m'a meurtri, et le fait de les avoir un week-end sur deux me fait crever...".

Dans notre pays on n'a pas le droit de dire la vérité et surtout que le divorce entraîne de multiples souffrances. Ce serait mieux en recomposant. Les chiffres sont sans appel : 40% de divorces en première union, 60% en seconde et 70% en troisième.

Arrêtons de dire que le divorce n'est pas douloureux, pas grave et que ce sera mieux après. Laissons à ceux qui en souffrent la possibilité d'exprimer leur souffrance. L'important c'est de réagir et de dire aux jeunes que s'aimer pour la vie c'est possible, si on le veut et si on montre à l'autre qu'on l'aime. (Voir le thème durer en couple sur ce blog). Les hommes politiques, dont la mission est de travailler aux bien commun doivent prendre toutes les mesures nécessaires pour consolider la famille.

Repost 0

Articles Récents