Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

6 janvier 2010 3 06 /01 /janvier /2010 19:04
Cela fait longtemps que je pense que la société de consommation va disparaître. Elle a permis l'émergence d'un type d'hommes qui cherchent à faire de l'argent à n'importe quel prix. Le but c'est de trouver le service, l'objet qui leur permettra de s'enrichir. Peu importe son utilité ou sa contribution au bonheur de l'humanité. Vendre pour faire du fric, voila le credo de la société de consommation. Cette mentalité engendre de nombreux abus et escroqueries. Tout est permis, pourvu que ses promoteurs s'enrichissent.
Ils ont réussi à nous faire croire que nous avons besoin des services et des objets qu'ils nous proposent et qu'ils sont essentiels à notre bonheur. Ils ont concentré les décisions et la production dans les mains d'une minorité.Ils ont instauré l'uniformisation et la standardisation mondiale.Ils ont exacerbé l'envie et le désir de possession. Ils nous font croire qu'on ne peut plus changer de société. La seule solution étant la croissance.
Je plaide pour l'émergence d'une société qui mette en avant l'être plutôt que l'avoir et comme le suggère GK Chesterton*, la suppression des monopoles, des trusts, la concentration de la propriété dans les mains de quelques-uns.
Le bonheur de l'homme ne se trouve pas dans une fuite en avant consumériste, mais dans les relations qu'il tisse avec les êtres.
Nous construirons donc une société, qui verra naître  le développement de l'artisanat, du petit commerce, l'émergence d'une multitude d'entreprises à taille humaine. Nous favoriserons la propriété modeste pour chacun et les relations de proximité. Nous favoriserons l'originalité, les caractéristique et la spécificité de chacun, l'originalité plutôt que l'uniformité, la diversité plutôt que le monopole, la petite structure à taille humaine plutôt que les grosses structures, l'être plutôt que l'avoir, la consommation raisonnée plutôt que la consommation à tout prix, la satisfaction des biens essentiels plutôt que l'exacerbation de l'envie et du désir du toujours plus et nouveau.
Un monde où les relations humaines de proximité seront la base du bonheur de l'humanité. A nous de promouvoir ce monde profondément humain qui constitue une alternative sérieuse et crédible à la société déshumanisante actuelle qui s'incline devant l'argent et l'accumulation de biens.

* In "The outline of sanity" 1926 in G.K. Chesterton collected works, Ignatius Press, San Francisco 1987 ; ISBN : 978-0-89870-171-5 (HB)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents