Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

24 mars 2011 4 24 /03 /mars /2011 18:00

"Quand on parle d'orientation précoce ou de sélection féroce, on pense souvent aux études de santé où la disproportion entre les inscrits en PAES (première année d'études de santé) - 60000 - et les 12664 places proposées ensuite est particulièrement flagrante. Quels sont les premiers effets de la réforme qu'elles viennent de connaître(1) et qui doit favoriser les réorientations?

Dans notre faculté de la Pitié Salpêtrière, nous avons 2274 inscrites en PAES pour 310 places en médecine, 37 en odontologie, 59 en pharmacie et 30 en maïeutique! Pour autant, nous constatons déjà que ceux qui échouent cette année de mise en œuvre de la réforme préfèrent toujours redoubler que de s'avouer vaincus. Quelques chiffres: la moitié des titulaires d'une mention bien et très bien au bac – essentiellement des S - échouent au concours. En deux ans, ils sont encore 20% des mentions très bien à être définitivement collés. Alors évidemment, il y a parfois quelques titulaires de mention passable qui se révèlent en fac mais la proportion ne dépasse pas les 1% (4 sur 400 l'année dernière) à l'UPMC. Et tous sont contraints de prendre des cours supplémentaires pour réussir, ce qui leur coûte souvent cher."

Les faits permettent de contrecarrer l'idéologie de ceux qui pensent encore que le niveau monte. Honte à cette école qui n'instruit plus les élèves et se fait complice de la sélection par l'argent.


Source: http://www.lemonde.fr/orientation-scolaire/article/2011/03/23/le-choix-d-un-metier-ne-devrait-pas-etre-fixe-avant-bac-3_1496673_1473696.html

Partager cet article

Repost 0
Published by Kueny - dans Ecole
commenter cet article

commentaires

Articles Récents