Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

15 septembre 2010 3 15 /09 /septembre /2010 01:53

thumbnail-copie-1

La mixité scolaire aurait bien des effets pervers selon certains sociologues. Michel Fize en 2003 avait bien tenté de les dénoncer dans son ouvrage "Les pièges de la mixité scolaire". Discrédité en son temps par les gourous du progressisme scolaire qui auront plus de mal a  diaboliser Marie Duru-bellat, qu'ils affectionnent, et qui publie dans la revue de l'OFCE** un article intitulé : " Ce que la mixité fait aux élèves". Elle provoquerait des inégalités entre garçons et filles. 

L'auteur montre que les enseignants consacrent moins de temps aux filles qu'aux garçons. Selon elle, les garçons recevraient un enseignement plus personnalisé et les filles seraient plutôt perçues et traitées comme un groupe. Les enseignants se montreraient plus exigeants envers les garçons et ils noteraient plus sévèrement les filles.

Elle conclut : « La mixité exige un surcroît de réflexion pédagogique spécifique, alors qu'elle apparaît le plus souvent comme une donnée naturelle. »

Elle ne plaide pas pour un retour à la non-mixité mais propose des aménagements ponctuels et partiels.

La mixité, obligatoire en France depuis la loi Haby, ne l'est plus depuis la loi du 15 mai 2008.*

 

*Adoptée le 15 mai par le Parlement, la loi en question - sur la lutte contre les discriminations -, permet, dans l’alinéa 4 de l’article 2, l’«organisation d’enseignements par regroupement des élèves en fonction de leur sexe».

** Observatoire français des conjonctures économiques.

Partager cet article

Repost 0
Published by Kueny - dans Ecole
commenter cet article

commentaires

Articles Récents