Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

7 mai 2011 6 07 /05 /mai /2011 22:22

Un ami me disait récemment qu'il était dégoûté par son entreprise (location de fenwick), dans laquelle la course à l'argent était devenue le seul but.

Aujourd'hui le but de l'entreprise est de gagner de l'argent pour les actionnaires . Auparavant l'entreprise était au service de ses clients.

Cette dérive, que l'on peut résumer dans la soif de gain, s'est faite au détriment des personnes. Celles qui travaillent au sein de l'entreprise et qui subissent l'objectif poursuivi de maximisation du profit, et les clients qui sont soumis à la dictature de l'offre. Il ne s'agit plus de satisfaire les besoins légitimes des clients mais bien de créer toutes sortes de besoins (même néfastes pour le client) afin de gagner le maximum d'argent.

Cette logique conduit à des fusions-acquisitions qui peuvent s'avérer désastreuses et à un mauvais management. On assiste également à une course vers la grande entreprise qui serait nécessaire à l'innovation et au progrès. Alors que ce sont les PME qui innovent et qui concourent au développement économique.

Quant aux marchés financiers, seules quelques grandes entreprises y ont accès. Ils permettent un accès à un nombre important d'investisseurs, et la satisfaction de demande de capitaux (émission d'actions) ou de dettes (émissions d'obligations). Ce n'est pas sans risque puisque l'entrerprise ne choisit ni ses actionnaires, ni ses créanciers.

Les autre entreprises, pour assurer leur financement, s'appuient sur leurs actionnaires (réinvestissement), la banques et les fonds d'investissement.

La défaillance actuelle des marchés financiers est leur incapacité à financer les projets à long terme car leur rentabilité est jugée aléatoire. Les banques quant à elles se lancent dans une course effrénée à la rentabilité, privilégiant les activités spéculatives.

C'est donc bien la soif de l'argent à court terme qui est condamnable aujourd'hui et qui nous entraîne dans la crise actuelle.

Il est donc urgent de redonner à l'entrreprise la vocation de servir le client. Pour cela il faut privilégier les PME, entreprises à taille humaine, gage de qualité et de diversité.

Les banques doivent retourner à leur mission d'origine qui est de collecter l'épargne des ménages pour la prêter aux entreprises (et non se conduire en opérateurs sur les marchés financiers).

Une initiative intéressante, pour renverser la tendance actuelle, se vit dans l'expérience de l'économie de communion développée par les Focolari. Ce sont actuellement plus de 750 entreprises dans 30 pays qui vont dans ce sens. Pour plus d'information sur cette formidable expérience voir : www.focolari.fr

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents