Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

26 octobre 2010 2 26 /10 /octobre /2010 06:56

thumbnail-copie-8

Cet examen "évaluerait les connaissances des enfants" et serait "une validation des savoirs fondamentaux". Jean-François Copé note que "40% des écoliers ont des graves lacunes à l'entrée en sixième." *

C'est réconfortant de constater que certains hommes politiques prennent conscience d'une réalité déjà ancienne. Je propose un tel examen depuis la partution de mon ouvrage "La famille est l'avenir de l'école". (année 2000)

Il voudrait également "que l'on mette à disposition des enseignants les méthodes qui ont fait leurs preuves et de faire en sorte qu'ils les utilisent ".

Il semble déterminé et c'est bien. Lorsqu'il préconise l'évaluation des résultats des établissements, il se tourne vers les inspecteurs de l'éducation nationale. Je ne suis pas d'accord avec lui sur ce point. On ne peut être juge et partie. Je pense que les résultats doivent être évalués par des personnes extérieures comme dans certains cantons suisses.

Vous avez raison Monsieur Copé, il y a urgence. Ce système à bout de souffle, ne fait que favoriser ceux dont les parents sont instruits et peuvent aider leurs enfants ou leur payer des cours particuliers, et enfonce les plus démunis qui ne trouvent pas à l'école le savoir nécessaire pour s'instruire.

Je ne mets pas en doute la sincérité et la volonté de changement de Monsieur Copé. Le problème c'est que les bonnes intentions ne font pas une politique. Comment s'y prendra t-il alors que tant ont échoué comme Xavier Darcos ou son prédécesseur? Monsieur Copé n'ignore pas que les syndicats et les pédagogistes cogèrent l'éducation nationale. Il n'ignore pas non plus que les corps d'inspection sont favorables aux pédagogies modernes, qui font tant de dégâts. Il doit savoir que de nombreux directeurs d'école ou principaux et proviseurs y sont favorables également. Le recrutement de l'encadrement et des professeurs s'effectue sur une ligne idéologique à contre courant de ce qu'il propose. Je serais curieux de savoir ce qu'il propose pour contourner ou supprimer ces freins puissants qui s'opposent au changement et au pragmatisme?

Certes l'idée de permettre au directeur de recruter et d'évaluer les enseignants est une bonne chose. Je pense qu'il serait plus simple de permettre la création d'écoles par l'initiative privée. Les parents devraient également pouvoir être libre de choisir leur établissement quel qu'il soit.

J'attends avec impatience que Monsieur Copé soit plus pragmatique et nous explique concrètement comment il mettra en oeuvre son projet...Cela me paraît essentiel, tant les parents d'élèves qui sont aussi électeurs sont las des promesses, qui malheureusement , trop souvent, ne se réalisent jamais.

* Figaro du 25/10/2010 interview de Jean-François Copé

Partager cet article

Repost 0
Published by Kueny - dans Ecole
commenter cet article

commentaires

Articles Récents