Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

6 août 2011 6 06 /08 /août /2011 08:40

Pour sortir de la crise il faudrait augmenter la croissance, donc produire plus. Cela augmenterait les recettes fiscales et rendrait les dettes plus supportables. Je pense que l'on se trompe.

Un économiste disait récemment que si tous les habitants du monde avaient le niveau de vie d'un suisse, il faudrait 7 secondes pour épuiser les ressources fossiles (pétrole, gaz, etc...). Peu importe si cette affirmation est précise, elle permet de comprendre que le mode de vie des pays riches n'est pas extensible au monde entier. C'est donc un modèle qui n'est pas bon.

Pourquoi faudrait-il toujours produire plus? Produire quoi et pourquoi? Nos faiseurs d'opinion nous laissent croire que le bonheur se loge dans l'aisance matérielle. Je ne le crois pas. Les taux de suicides des jeunes, l'alcoolisme, la consommation de drogues diverses et de calmants ... nous prouvent que ce n'est pas le cas.

La société de consommation n'est pas le modèle d'avenir. Les créateursde produits à travers la publicité nous font croire que leurs créations sont indispensables à notre bonheur. Leur but souvent est simplement de vendre et de gagner de l'argent sans se préoccuper si ces biens participent au bonheur de l'homme.

Que faire?

Dans un premier temps il faudrait réduire les dépenses de l'état et des collectivités locales. Dans une famille, lorsque les revenus diminuent, les membres de la famille changent leur modes de vie. Ils suppriment des dépenses.

Posons nous la question de ce qui est réellement nécessaire. Il faut réduire le train de vie de nos élites. Il serait judicieux de supprimer leurs avantages divers. Il faut réduire le train de vie des collectivités locales et de l'Etat à tous niveaux.

Il serait bon de supprimer les subventions purement électoralistes et distribuées à toutes sortes d'associations. iI serait utile de supprimer le fiancement public des syndicats et supprimer tous les comités "théodules" qui ne servent à rien. L'Etat devrait se recentrer sur ses missions principales et régaliennes. Le ministère de la culture est inutile.

Il s'agit de moins ponctionner les citoyens et avec l'argent que l'état ne leur confisque pas ils feront leurs propres choix culturels et autres. Ils proposeront aussi toute une offre culturelle diversifiée et qui correspondra au désir du public.

L'Etat ne doit dépenser que ce qu'il perçoit et les impôts et taxes doivent être réduits au minimum.

 

Je crois qu'il faut rendre le crédit à la consommation coûteux pour éviter l'endettement et le surendettement. Réapprenons à ne dépenser que ce que nous possédons.

 

Concernant nos propres choix, je crois que nous devrions privilégier les produits fabriqués par des petites et moyennes entreprises, les produits vendus par le petit commerce. Les multinationales et grandes entreprise conduisent à des situations de monopoles. Je sais bien que ce que je dis semble illusoire. Mais ce serait un moyen efficace pour créer des emplois de proximité qui permettraient aux hommes d'être plus heureux au travail. Il serait bon également d'acheter notre nourriture aux petits producteurs locaux et de créer des réseaux de troc et d'échange.

 

Nous pouvons accélérer la mort de la société de consommation pour créer une société d'échange et de partage à visage humain. Les produits ne sont fabriqués que parce que nous les achetons. A nous d'influer par nos achats ceux qui créent nos produits. Nous n'avons presque plus de menuisiers parce que nous achetons nos meubles auprès de sociétés multinationales qui produisent des produits standardisés à l'aide d'énormes machines. Nous achetons des légumes produits par de grandes exploitations et qui ont transité par de multiples acteurs (grossistes etc...). Ne serait-il pas plus judicieux de les acheter à proximité de chez nous chez un petit producteur local?

 

Nous avons construit un monde concentré (villes tentaculaires), qui produit en quantités impressionnantes au lieu d'un monde de proximité qui permet à chacun selon ses talents d'entrer dans une économie locale et de partage, respectueuse de l'environnement et de l'homme. A nous d'inventer le monde de demain!

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents