Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

4 octobre 2005 2 04 /10 /octobre /2005 00:00

Jean-Paul Sartre (1905-1980). A l’occasion du centenaire de sa naissance, de nombreuses revues françaises publient des numéros spéciaux ou des pages spéciales à la gloire de Sartre. Rares sont les articles qui mettent en évidence son attirance pour la violence ou l’extermination. Dans son raisonnement politique la fin justifie les moyens. Quelques extraits de ses déclarations ou écrits :

« Si quelqu’un essaie encore de me dire qu’en URSS la religion est persécutée ou interdite, je lui casse la gueule »

« Un régime révolutionnaire doit se débarrasser d’un certain nombre d’individus qui le menacent, et je ne vois pas là d’autre moyen que la mort. On peut toujours sortir d’une prison. Les révolutionnaires de 1793 n’ont probablement pas assez tué. »

« On peut très bien concevoir qu’à l’origine de l’édification du socialisme il y ait une terreur tournante et longue ».

« Mais la révolution implique la violence et l’existence d’un parti plus radical qui s’impose au détriment d’autres groupes plus conciliants » ( Extrait d’une interview à Actuel – journal branché – en 1973)

Il affirme en 1954 que la liberté d’opinion est totale en Union soviétique.

Edgar Morin dans une interview déclare à son sujet : « Nous avons suivi deux chemins historiques en sens contraires : lui de plus en plus pour justifier le communisme, le stalinisme dans les années cinquante, alors que moi je m’en éloignais de plus en plus.»

Il ne s’agit pas de juger, mais de reconnaître que Jean-Paul Sartre a apporté son soutien et sa caution a une idéologie qui a fait des millions de mort et brisé la vie de millions d’autres.

En savoir plus ? http://www.consciencepolitique.org/histoire_politique/kravchenko.htm.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents