Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

24 mars 2006 5 24 /03 /mars /2006 17:46

Il y a du vrai dans ce cri de colère de Jean-Robert Pitte. Le refus de la sélection, croire que tout nous est dû, cette vérité qu'on cache à la jeunesse...

« J'en ai assez de cette démagogie qui déferle sur l'université et le pays. Qu'entend-on à la télé, dans les manifs ? Des discours irresponsables ! "Ah, les pauvres étudiants ! Ils ont bien droit à un CDI !" C'est absurde. Qui ne voit que le problème est celui de l'inadéquation de la formation et du monde du travail ? Jusqu'à nouvel ordre, il me semble qu'en France on ne peut pas obliger les patrons à embaucher ! Ils prennent un risque en recrutant un jeune à la sortie de l'université, qui n'est pas immédiatement opérationnel. Qui dira la vérité à la jeunesse ? Rendez-vous compte : il n'y a pas longtemps encore, l'Unef agitait le slogan : "Orientation = sélection !" Alors que des dizaines de milliers de jeunes s'engouffrent dans des formations sans aucun débouché, comme les Staps ou l'histoire de l'art, et revendiquent ensuite, comme un dû, un emploi en rapport avec leurs diplômes ! Oui, en Angleterre, quelqu'un qui sort d'Oxford avec une maîtrise de chinois peut travailler dans le marketing. Mais il apprend son boulot sur le tas et doit faire ses preuves. Ma fille n'a pas fait d'études extraordinaires. Elle sort d'un IUT puis a obtenu un diplôme de marketing dans une école de seconde zone. Elle a fait un an de stage très mal rémunéré aux Etats-Unis, avant qu'on lui propose de rester dans l'entreprise. En un an, elle a changé. Avant, elle aussi attendait tout de la société ! Je suis en colère contre l'ignorance et la bêtise des jeunes, mais aussi des Français, car on a la jeunesse qu'on mérite. Je sais que je vais passer pour un horrible réac, mais tant pis. La jeunesse n'a plus de rêves. Elle n'a plus que des illusions. Rêver, c'est vouloir accomplir des choses difficiles qui obligent à se dépasser. Les jeunes croient que tout leur est dû, et que, si ça ne va pas, c'est de la faute des autres ! » Propos recueillis par Marie-Sandrine Sgherri http://www.lepoint.fr/societe/document.html?did=175937

Jean-Robert Pitte est président de l'université Paris-IV-Sorbonne. Alors que l'accès à son établissement est interdit par la police en raison des dégradations provoquées par une centaine d'étudiants (de 500 000 à 1 million d'euros de dégâts), il ne cache pas sa colère.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents