Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

7 mars 2006 2 07 /03 /mars /2006 20:46

Je partage de nombreuses réflexions de Pierre Manent, professeur de philosophie politique. En voici quelques unes tirées d'un article du Point*.

"...Nous ne nous souvenons plus que de nos crimes ou de nos fautes. Nous refusons positivement de prolonger tout ce qui a été grand et noble dans la longue expérience française..."

"...Avec le référendum du 29 mai 2005, on a pu prendre conscience de la fracture entre l'action politique officielle et les sentiments réels des citoyens européens.." et "..Alors que l'opinion est hostile à l'extension indéfinie de l'Union européenne, alors que les citoyens de deux pays fondateurs se sont prononcés contre le traité constitutionnel, tout continue comme avant et on suggère de faire rentrer le traité par la fenêtre..."

"...Ce qu'on appelle la laïcité est la mise en forme juridique et glorieuse d'une guerre civile gagnée par un parti et perdue par l'autre. La France républicaine a soumis la France catholique et la France catholique se l'est tenu pour dit. Et l'Eglise se comporte comme un parti vaincu et toléré. Je ne reviens pas sur les fautes de l'Eglise, mais dès lors que celle-ci ne représente plus une menace pour les libertés et que le maintien de l'expérience religieuse hors de l'espace public affaiblit la nation dans sa substance et sa conscience de soi, cette situation ne peut pas durer. On ne peut pas simultanément accueillir à bras ouverts une religion qui a toujours été étrangère à l'Europe et expulser de l'histoire de France une religion qui en a toujours fait partie. Il y a là une énorme injustice historique doublée d'une absurdité politique et sociale..."

"...Aujourd'hui, le monde islamique est un monde qui s'éloigne de nous, pas un monde qui s'en rapproche..."

"...Certes non ! L'universalisme est l'âme même de l'Europe. Mais nos principes universels sont liés à des expériences intellectuelles, morales, religieuses, politiques particulières. Ils ne sont pas dans les formules qui les proclament..."

"...La construction européenne sera une entreprise raisonnable pour peu qu'on renonce à la réaliser par la dénationalisation des nations. L'avenir de l'Europe, ce sont des entreprises comme Airbus ou Ariane, des actions communes, et non pas l'imposition de règles abstraites censées accomplir le passage à un stade supérieur de l'existence humaine..."

"...Que fait-on avec l'Europe, avec l'Amérique, avec le monde arabo-musulman ? Ce que Burke appelait déjà le catéchisme des droits de l'homme ne nous fournit pas de réponse à ces questions..."

* http://www.lepoint.fr/edito/document.html?did=174952 (3 mars 2006)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents