Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

2 février 2006 4 02 /02 /février /2006 22:59

Extrait d'un communiqué de presse du Syndicat des inspecteurs de l'éducation nationale :

"...Une anecdote pourra cependant nous rassurer : il y a quelques années, dans un département où ne flotte que rarement le drapeau de la contestation, un inspecteur d’académie avait souhaité normaliser l’enrichissement lexical et avait donné des consignes très strictes en ce sens. Il assurait fièrement que chaque jour, dans chaque classe du département, il pouvait dire exactement ce qui avait été appris du point de vue lexical par tous les élèves… Ce fantasme de contrôle aurait pu conduire à un conflit violent, mais enseignants et inspecteurs ont trouvé plus sage de se concentrer sur une autre priorité : faire réussir les élèves. Ils ont donc continué de travailler à leur manière, non par sens de la fronde ou par fainéantise intellectuelle, mais par respect pour leur engagement à offrir à tous un service public d’éducation de qualité.  

La réussite scolaire ne s’impose pas par décret, elle ne se décide pas rue de Grenelle, elle se construit au jour le jour, patiemment et selon des voies diverses, par des enseignants aidant des élèves à prendre confiance en eux, travaillant en étroite relation avec les parents reconnus comme co-éducateurs. Ces enseignants méritent d’être aidés et respectés ; c’est ce que leur doit un ministre ! Puisse M. De Robien en prendre conscience au plus vite, en faisant cesser la pitoyable pantomime à laquelle se livrent des donneurs de leçons de tout poil…  

Pour leur part, les inspecteurs continueront de servir fidèlement le système éducatif : entre les décisions du ministre et leur mise en œuvre par les équipes pédagogiques, ils joueront pleinement le rôle d’interface qui est le leur au sein du Service public… mais d’interface intelligente, c’est-à-dire capable d’interpréter les consignes avec discernement pour préserver l’intérêt des élèves et l’efficacité de l’école !  " (Patrick ROUMAGNAC Secrétaire général du SI.EN-UNSA Education)

Le ministre de l'éducation nationale n'a visiblement pas grande influence sur ceux qu'il est censé diriger. C'est la réalité d'un système dirigé par les syndicats et imprégné d'une idéologie gauchisante qui oriente les choix et la réalité de la grande majorité des classes. On notera dans le texte ci-dessus l'utilsation du terme "parents co-éducateurs" introduit (à ma connaissance) par la FCPE et repris par ségolène Royal.

Le constat c'est que ceux qui devraient obéir, n'obéissent plus, l'écrivent et l'affirment haut et fort. La seule solution consiste à repenser la question scolaire en-dehors de l'administration soviétiforme qu'est l'éducation nationale. Permettre à l'initiative privée de créer des écoles est la seule solution efficace. Le rôle de l'Etat consisterait à verser un montant(coût moyen de l'élève)à l'établissement dans lequel est scolarisé l'enfant. L'émulation engendrée par une telle initiative serait telle que la qualité de l'instruction deviendrait rapidement excellente, avec une économie financière pour l'Etat très importante.

Partager cet article

Repost 0
Published by Kueny - dans Ecole
commenter cet article

commentaires

Articles Récents