Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

28 novembre 2005 1 28 /11 /novembre /2005 22:26

L'Education nationale publie un document d'information, actualisé, réalisé en 2003 avec la direction générale de la Santé, " Dix questions sur le VIH-SIDA". (http://eduscol.education.fr/D0060/sida2004.pdf)

On y affirme (dans la rubrique 4. Comment se protéger?) que " les préservatifs féminin ou masculin sont les seuls moyens de se protéger ou de protéger l'autre des IST et du sida lors des relations sexuelles". Plus loin il est dit : "On peut également décider de ne pas s'engager dans une relation sexuelle." C'est un progrès d'y voir figurer cette mention. En effet le meilleur moyen de ne pas être contaminé par le virus du Sida est de ne pas avoir de relation sexuelle. Il est par ailleurs regrettable que ce document ne précise pas que le préservatif ne protège pas à 100%. Il est mentionné plus haut "qu'il y a un risque si le préservatif glisse ou se rompt". Les jeunes doivent savoir qu'un préservatif n'est pas fiable à 100% (hors glissement ou rupture) et qu c'est un peu comme si l'on jouait à la roulette russe. La fiabilité du préservatif est toute relative. Pour être honnête et ne pas tromper les jeunes ce document aurait du préciser "que ce virus peut se transmettre lors d'un rapport sexuel sans préservatif avec une personne contaminée par le VIH" et même lors d'un rapport avec préservatif (le risque est minime mais réel. Il suffit d'une fois).

Selon le ministère l'objectif de cette brochure "est à la fois de contribuer à combattre les idées fausses sur le sida et permettre une meilleure perception des risques de transmission du VIH. C'est en effet en veillant notamment à maintenir un bon niveau d'information chez les élèves que pourront être développées des attitudes de responsabilité individuelle, sociale et de solidarité.
Ce document est destiné en priorité aux lycéens et s'articule autour des dix grandes questions qu'ils se posent.
Il peut également être utilisé par les équipes éducatives, pour organiser la discussion avec les élèves de collège et de lycée, tant dans le cadre des enseignements, que dans celui des séances d'éducation à la sexualité."

On constate malheureusement qu'il ne contribue que partiellement à combattre les idées fausses sur le sida et à permettre une meilleure perception des risques.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents