Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

25 octobre 2005 2 25 /10 /octobre /2005 00:00

Régine Pernoud, l'historienne qui a fait sortir le Moyen Âge de l'ombre, nous parle de maîtres de lumière dans un petit ouvrage intitulé "Histoire et lumière" aux éditions du Cerf.

Extraits à approfondir : "Le Moyen Âge nous rappelle la valeur du travail manuel que nous avons tendance à dédaigner. aujourd'hui, on considère souvent qu'être intelligent signifie être intellectuel. Or l'intelligence de la vie quotidienne vaut tout à fait l'intelligence qui aligne les formules et les abstractions".

"L'égalité parfaite, c'est de pouvoir exercer chacun son identité dans des domaines similaires ou différents" (Egalité entre hommes et femmes).

Matisse accueille Régine Pernoud chez lui avec ces mots : "La Renaissance, c'est la décadence!" Elle explique qu'au Moyen-Âge "on ne distinguait pas ceux qui taillaient les pierres et ceux qui les sculptaient." (C'était les mêmes sauf exception) Au Moyen Âge dans le monde des bâtisseurs on ne distingue aucune tête en particulier. A partir du XVIème siècle "il y a un décalage total entre celui qui fait le gros oeuvre et l'artiste". "A partir du XVIème siècle naît l'ouvrier, le travailleur manuel pour lequel on n'épouve désormais que du mépris. En revanche l'artiste est entouré, flatté et considéré."

Régine Pernoud affirme que Matisse "était un artiste au sens médiéval du terme. Par un travail très simple, il cherchait à exprimer ce qu'il sentait au-dedans de lui. C'était un travailleur acharné." "L'art (chez Matisse) devient le fruit d'un dur labeur et l'expression la plus dépouillée et épurée de la réalité". Chez Matisse dit-elle "la pureté est le fruit d'un travail qui n'apparaît plus. Le bon artiste est humble devant son oeuvre. Ce qui compte, c'est ce qu'elle cherche à révéler. La peinture de Matisse est l'aboutissement d'un travail qui a l'élégance de ne pas se laisser voir".

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents