Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

15 octobre 2005 6 15 /10 /octobre /2005 00:00

Sans familles nombreuses pas de vitalité démographique. N'oublions jamais que ce sont les enfants d'aujourd'hui qui paieront les retraites de demain. Pour renouveller les générations le taux doit être de 2,1 enfants par femme. (1,7 actuellement). Pour parvenir à l'équilibre, il faudrait que 15% des femmes aient 4 enfants (afin de compenser celles qui n'en ont pas ou n'en ont qu'un). Actuellement elles ne sont que 8%. Les familles nombreuses sont en diminution. Il est vrai que concilier vie familiale et vie professionnelle est difficile pour une mère de famille nombreuse. (60% d'entre elles sont au foyer). La tâche est lourde et augmente lorsque les enfants sont adolescents. Le niveau de vie baisse avec l'arrivée de chaque enfant supplémentaire (10% pour le premier, 10 % pour le deuxième et de 5 à 10% pour les suivants. Le système de retraite par répartition est injuste, puisque les retraites des célibataires et des ménages sans enfants seront financés par le travail des enfants des parents ayant supporté la charge liée à leur éducation. Ces parents touchant eux-mêmes une retraite moindre si la mère est restée au foyer. Plus alarmant, une femme qui n'a cotisé qu'à 50% pour une carrière professionnelle ne touchera pas une demi-retraite, mais un quart de retraite!

Si l'on ne veut pas voir la disparition des familles nombreuses et supporter les conséquences néfastes de l'hiver démographique, il faut absolument trouver des mesures permettant à ces familles de se constituer et de vivre dignement. Ce rôle a été réalisé par l'intermédiaire des caisses d'allocations familiales. Elles ne jouent qu'imparfaitement leur rôle depuis que l'Etat les gère.

Il nous faut réfléchir, afin de trouver des solutions qui permettent aux familles nombreuses de vivre dignement.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents